Séduire les nouvelles générations de conducteurs aux profils bien différents de leurs aînés, accélérer la féminisation du métier, intégrer l’inévitable volet technologique dans les fiches de poste. Les transporteurs routiers sont aujourd’hui à la croisée des chemins. Une toute nouvelle vision du métier de conducteur est en train d’éclore. Découverte.

Hier encore, les conducteurs routiers longue distance avalaient les kilomètres tout au long de la semaine. Aujourd’hui, et surtout demain, les attentes des nouvelles générations sont et seront toutes autres.

Un métier plus flexible qui s’adapte

Au plaisir de conduire et de réaliser de longues distances, s’ajoute aujourd’hui la volonté de ne plus sacrifier loisirs et vie de famille. Travailler oui, mais l’organisation des missions doit s’adapter pour limiter les « découchés » et également offrir la possibilité à plus de temps partiel. Pour Philippe Labbé, directeur général de Tratel, « Les générations et les schémas familiaux changent. Nos futurs collaborateurs ne ressemblent en rien à leurs prédécesseurs. Nous devons nous intéresser à eux, les comprendre et leur proposer une nouvelle vision du métier, une vision en accord avec leurs choix et parfois leurs contraintes familiales. L’avenir de notre profession en dépend. »

Un métier plus féminin demain

Un avenir également plus féminin ? Oui ! La rudesse du métier n’est plus un frein à la féminisation du métier. L’évolution de l’organisation des missions devrait également attirer les femmes mais beaucoup reste à faire. « Cela peut paraître absurde, mais encore très peu de locaux de transporteurs sont équipés de vestiaires femmes. C’est un détail, diront certains, mais pour nous, c’est essentiel. Nous devons aujourd’hui être en capacité d’accueillir plus de femmes dans nos métiers » insiste Philippe Labbé.

Un métier connecté à valoriser

Plus flexible, plus féminin, le métier évolue également vers plus de compétences technologiques. Le développement et l’accélération de l’informatique embarquée et des nouveaux services basés sur les technologies digitales entraînent une montée en compétences des professionnels du transport. Plus technologique donc, le métier offre ainsi des perspectives d’emploi à des nouveaux profils de candidats.